Lumière sur le cerveau

 

Et si les neurones se reconnaissaient entre eux grâce à de la lumière ? Les cellules du cerveau sont encore bien mystérieuses pour les scientifiques qui pensent aujourd’hui que les neurones communiqueraient par infra-rouges.

originalLes neurones s’enverraient des signaux lumineux…

Comment les neurones se reconnaissent-ils entre eux ? La complexité du réseau neuronal qui constitue le cerveau humain offre chaque jour de nouveaux défis aux scientifiques. Les neurones sont des cellules « étoilées, » car de leur centre cellulaire partent des dendrites, sorte de long bras qui vont jusqu’aux neurones suivants. Jusqu’alors, la façon dont ces dendrites s’orientaient dans l’espace pour aller rejoindre un autre neurone était un mystère. Les scientifiques du monde entier se disputaient sur le sujet : est-ce chimique ? est-ce thermique ? est-ce physique ? « La force de la recherche aujourd’hui c’est qu’elle se fait aux interfaces entre les disciplines, » clame Guillaume Baffou, chargé de recherche au CNRS à L’Institut Fresnel, « les chimistes, les biologistes et les physiciens sont désormais obligés de travailler et de communiquer ensemble pour faire avancer la science. »

C’est de ce principe qu’est né une théorie que Guillaume Baffou espère bien vérifier dans les années à venir. Selon lui, « les neurones sont sensibles aux infra-rouges, peut être même qu’ils communiquent grâce à cette lumière si particulière. » Des scientifiques ont récemment montré qu’avec un faisceau infra-rouge à proximité, les dendrites des neurones se dirigeaient vers celui-ci. Problème : est ce la chaleur dégagée par le faisceau ou la lumière de ce dernier qui attire les dendrites ? Grâce à la technique de microscopie thermique par effet mirage qu’a développé Guillaume et son équipe, le physicien entend bien mettre un terme au débat. « Mon intuition c’est que ce n’est pas thermique, » déclare-t-il, « car cela ne marche que si le faisceau d’infra-rouges clignote. » Or la chaleur est un processus lent qui ne « clignote pas. »

Armés de la précision de la microscopie thermique par effet mirage, qui permet de voir la déformation d’un faisceau lumineux à cause de la chaleur à l’échelle nanométrique, des scientifiques de disciplines théoriquement éloignées se joignent alors au projet. « Si on obtient les financements, on saura très vite ce qu’il en est ! » espère Guillaume Baffou. Qui sait ? Dans quelques années, on vous annoncera peut être que tous les hommes ont en fait un brillant cerveau.

Renaud Levantidis