Retour sur l’éclipse du 20 mars

Le 20 mars dernier, la lune nous cachait partiellement le soleil créant l’émoi des scientifiques comme des moins érudits. Si l’on pouvait observer le phénomène de chez soi, trois centres d’observation ont proposé de partager leur matériel et leur savoir avec le public. Retour sur les animations de l’Observatoire historique de Marseille, de l’Observatoire de la Côte d’Azur et du Centre Astronomique de Saint Michel l’Observatoire

Le ciel était nuageux, le 20 mars 2015. Cela n’a pourtant pas découragé des milliers de curieux de lever les yeux vers le ciel pour observer l’éclipse partielle du Soleil, un événement aussi rare qu’impressionnant. Au Palais Longchamp, l’Observatoire historique de Marseille a vu près de 600 personnes, petits et grands, se ruer sur les instruments mis à disposition par les animateurs et bénévoles de l’Association Andromède. Les visiteurs ont même pu assister à un diaporama et à une séance de planétarium visant à expliquer le phénomène.

 

1Les petits comme les grands observent la lune cacher le soleil. Crédit : Association Andromède

« Même après le maximum de l’éclipse il y avait toujours autant de monde sur le site. Rarement une éclipse partielle de Soleil n’aura autant passionné le public ! », déclare l’équipe de l’Association Andromède, dont le rôle est de promouvoir l’astronomie auprès des écoles et du grand public.

2 Image de l’éclipse partielle de Soleil prise avec la lunette de 80 mm et le canon 500D. credit : Laurent Ferrero

De l’autre côté de la région, l’Observatoire de la Côte d’Azur (Nice) a fait intervenir des astronomes spécialistes dans 13 classes du département, dont 4 dans le cadre du dispositif ASTEP (Accompagnement en Science et Technologie à l’Ecole Primaire). Les jeunes écoliers ont ainsi eu la possibilité d’observer l’éclipse en toute sécurité à l’aide de lunettes adaptées et avec des explications pertinentes.

Retrouvez ici l’interview d’Olga Suarez, chercheuse et responsable du service éducatif de l’Observatoire de la Côte d’Azur

3

L’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) avait également mis en place une retransmission d’images en direct sur son site internet, prises par l’instrument PICARDSOL. Elles étaient mises à jour toutes les minutes et ont permis aux internautes de contempler le phénomène depuis leur fauteuil avec une qualité sans précédent.

 Le personnel de l’OCA et les adhérents de l’association d’astronomie Aquila ont pu aussi observer le phénomène sur le site du Mont-Gros.

 4Crédit : Matthieu Conjat de l’association Aquila

Le Centre Astronomique de Saint Michel l’Observatoire à lui accueilli dans ses locaux près de 120 élèves de classes de primaire et collège. Grâce au Sidérostat, télescope unique en France, ils ont pu admirer l’éclipse malgré la couche nuageuse et sans risque.

 5Le télescope T750 au premier plan et le sidérostat derrière. Crédit : Centre Astro
6Les jeunes curieux dans l’amphithéâtre sur Sidérostat. Crédit : Centre Astro

 

Renaud Levantidis